Soissonnais14-18

Depuis 2013, l'association Soissonnais 14-18 vous propose ici sous son titre "Itinéraires photographiques ©", ses clichés issus de ses reportages lors des manifestations liées à la Grande Guerre, ses coups de coeur des monuments aux morts liés à ce conflit et ses promenades sur divers fronts. Alain Puech contribue notamment à ces productions photographiques.

Le fort de Manonviller, dans le Grand Est, non loin de Nancy, est un ouvrage Séré de Rivières mis en service en 1892, et aussitôt modernisé (avec guérites blindées, tourelles et observatoires cuirassés). Imaginé pour stopper l’avancée allemande en cas d’attaque sur la ligne de la Moselle, proche de la frontière (une dizaine de kilomètres à vol d’oiseau), il est attaqué dès le 23 août 1914 et chute en un temps court. Sa garnison de plus de 700 hommes, coupée des armées françaises qui refluent, s’enferme dans le fort. Le bombardement intense du fort, entre autres par 420mm, cause quelques dégâts (effondrements, brèches, armement endommagé) et instille surtout un sentiment d’impuissance à la garnison. Le drapeau blanc est hissé le 27 août 1914 pour ne pas sacrifier inutilement la garnison en arrière de l’avancée allemande, non sans avoir contribué à retenir un tant soit peu les troupes ennemies et leurs pièces d’artillerie dans la bataille du Grand Couronné. Les Allemands détruiront aussitôt le fort à l’explosif pour le rendre inutilisable; un seul de ses casernements servira de base arrière ponctuelle française pendant la suite du conflit.